Image

Cri du cœur d’une femme aux prises avec le CPT de son mari

Chauffeur expérimenté qui a fait carrière derrière le volant pendant 15 ans, Patrick Forgues conduisait un camion pour Veolia lorsque sa vie à chambardé le 18 février 2013. Ce jour-là, alors qu'il chauffait son camion lourd comme il le fait tous les jours depuis une quinzaine d'années, un automobiliste est sorti de son véhicule le long de la route pour se jeter devant le camion de Patrick Forgues et se suicider. « Les camionneurs, comme les soldats, sont des durs qui refoulent leurs émotions. Mon conjoint ne voulait pas parler de l'événement, que ce soit avec moi ou avec ses collègues car il avait peur d'être jugé », explique sa conjointe Kareen Lapointe.

Son employeur a suivi toutes les procédures et pris toutes les précautions et s'en suivit un arrêt de travail de 18 mois décrété par la CSST pour un CPT (choc post-traumatique) ou ESPT (état de stress post-traumatique). « Il a essayé de retourner sur la route mais après trois mois, il n'était même pas apte à un retour progressif... », poursuit Kareen Lapointe. « Il a passé trois mois à tenter de se dissocier de la réalité, mais les médicaments et la boisson, pour quelqu'un qui n'était qu'un buveur occasionnel auparavant, faisaient son œuvre et il a entamé un second arrêt de travail qui se poursuit toujours aujourd'hui. »

C'est au cours de ce second arrêt que Patrick est entré dans une profonde dépression. « C'est dur pour la conjointe qui ne reconnaît plus son chum et probablement encore plus pour nos deux enfants qui voyaient leur père sous un nouveau visage qui n'a rien de bien amusant. Rendue à l'été 2014 je ne vivais plus que pour mon mari, ne pouvant travailler de peur de le laisser seul à la maison. C'est alors que j'ai décidé de prendre certaines choses en main et m'informer sur le CPT et ses effets », raconte Kareen Lapointe. « Je suis allé vois sa psychologue pour discuter du sujet car je savais très bien que mon mari ne lui disait pas tout, préférant s'enfermer sur lui-même et renier une certaine réalité. »

Le CPT est très peu connu et ceux qui en souffrent deviennent hyper vigilants, frôlant la paranoïa. Ils choisissent de mettre leur bel uniforme et de se faire croire que tout va bien. Kareen Lapointe n'en veut pas aux intervenants pas plus qu'à la CSST. Elle affirme que le plus gros problème pour l'entourage du personne souffrant de CPT est le manque d'éducation et d'information. « C'est lorsque j'ai décidé de passer à l'action et de m'informer que j'ai commencé à vraiment comprendre ce qui pouvait tourmenter mon conjoint. Je suis chanceuse car Patrick est résilient et il veut s'en sortir mais ses symptômes et ses cauchemars continuent. Il reçoit un bon suivi de la CSST et Veolia le supporte. Il commence à s'ouvrir de plus en plus mais je sais pertinemment qu'il ne sera plus jamais le même homme. »

Peut-être qu'avec le temps Patrick arrivera à mettre certaines choses derrière lui ou du moins à en faire abstraction pour arriver à mener une vie la plus normale possible. Mais qu'est-ce qu'une vie normale pour quelqu'un qui a été camionneur toute sa vie et qui a maintenant peur de se retrouver sur l'autoroute? Si Kareen Lapointe a voulu parler publiquement de son cas dans le cadre de cette page, c'est parce qu'elle croit qu'elle n'est pas seule et que plusieurs personnes se retrouvent dans une position de vulnérabilité ne sachant pas quoi faire pour venir en aide à un proche souffrant de CPT. Des vies familiales entières sont renversées lorsque des événements du genre se produisent.

Selon ses estimations, il doit y avoir des centaines de suicides sur la route depuis 10 ans et que probablement, un chauffeur de poids lourd est impliqué dans un suicide chaque semaine. Souvent les femmes comme Kareen Lapointe, deviennent les piliers de la maison à cause de l'invalidité du conjoint. Les ressources sont très rares tous comme les informations pertinentes. Kareen Lapointe aimerait mettre sur pied un regroupement ou un réseau afin de permettre aux personnes dans sa position d'échanger entre elles. Se peut-il que la situation dont il est question dans cette page se répète plus souvent qu'on ne le croit? Il est peut-être temps de mettre fin au mutisme... Les individus qui voudraient discuter de CPT avec Kareen Lapointe, ou de son projet, peuvent la rejoindre par courriel à kareen.lapointe@gmail.com ou sur une page Facebook à cet effet https://www.facebook.com/SSPTcamionneurs.

<< Retour

Recherche